dimanche 31 août 2008

Gouvernement malien et Alliance démocratique : Engagement pour la restauration de la paix et le développement du Kidal

EL MOUDJAHID-30-08-2008 à 21:23

Les représentants du gouvernement malien et l’Alliance démocratique du 23-mai pour le changement à Kidal (nord du Mali), réunis depuis jeudi à Alger avec la médiation de l’Algérie, ont réitéré samedi leur engagement à poursuivre l’oeuvre de restauration de la paix, de la sécurité et du développement de la région du Kidal.

Cette oeuvre devra se concrétiser, ont-ils soutenu au terme de la réunion, à travers la poursuite de l’application des dispositifs de l’Accord d’Alger. Par ailleurs, les deux parties se sont félicitées des "avancées accomplies" depuis leur précédente rencontre tenue à Alger du 19 au 21 juillet dernier, notamment en matière de renforcement du climat d’apaisement prévalant dans la région et la libération de 32 militaires maliens détenus par l’alliance.

Les deux délégations ont convenu, au terme de la réunion, d’un chronogramme visant la réactivation des structures d’animation de l’accord d’Alger, la libération des éléments de l’alliance détenus et de la reconstitution des Unités spéciales de sécurité.

Elles se sont engagées aussi en faveur de la facilitation du retour des éléments de l’alliance, et des personnes déplacées, notamment à travers la suppression des postes de contrôles militaires établis à Kidal et l’accélération de la mise en oeuvre des programmes de réinsertion et de développement au profit de la région.

La participation de l’alliance à la commission d’enquête chargée de déterminer les circonstances de la mort de certaines victimes des derniers évènements figure, également, parmi les résolutions de cette réunion de trois jours. A cet effet, le gouvernement malien et l’alliance s’engagent à "coopérer étroitement pour préserver la paix et la sécurité dans la région et créer les conditions propices au retour des personnes déplacées, ainsi que le déminage des zones minées". Par ailleurs, une rencontre tripartite (le Mali, l’alliance et l’Algérie en qualité de médiateur) se tiendra prochainement pour évaluer l’ensemble des mesures arrêtées.

A cette occasion, les représentants du gouvernement malien et ceux de l’alliance ont tenu à exprimer "leurs vifs remerciements au président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, pour son engagement personnel en faveur de la réconciliation entre les frères maliens et la promotion de la paix, de la sécurité et du développement dans la région" de Kidal.

Après avoir souligné les efforts consentis par l’Algérie et à sa tête le président Bouteflika en faveur de la stabilité du Mali, le chef de la délégation malienne, le ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, M. Kafougouna Koné, a salué cette réunion qui, a-t-il dit "constitue un grand pas dans le rapprochement entre le gouvernement malien et l’alliance", engageant les deux parties à s’"allier contre un ennemi commun qui est le sous-développement".

De son côté, le chef de la délégation de l’alliance et son porte-parole, M. Ahmada Ag Bibi, s’est félicité de "l’avancée enregistrée lors de cette rencontre et de la reprise de l’application de l’Accord d’Alger", affirmant la volonté de l’alliance à "poursuivre l’application de cet accord malgré les difficultés".

"C’est un grand pas que nous venons de faire aujourd’hui et les jours qui viennent vont le confirmer", a-t-il relevé, ajoutant que "la confiance qui est en train de s’installer entre les deux parties va dans l’intérêt du pays (Mali) et de la région" (Kidal).

Au terme de la réunion, le facilitateur algérien, M. Abdelkrim Gheraïeb s’est réjoui des résultats ayant couronnés cette réunion, rappelant que la priorité reste "l’amélioration de la situation socio-économique de la région de Kidal et son développement". Il a expliqué, par ailleurs, que cette rencontre avait pour but de confirmer que le cessez-le-feu et la trêve décidés par l’Accord d’Alger sont toujours respectés, ajoutant que les familles déplacées seront "bientôt reconduites vers leurs régions respectives, conformément aux conclusions de la commission chargée du dossier".

M. Gheraïeb, a précisé également qu’"une première unité spéciale rejoindra dans une quinzaine de jours Kidal et sera suivie par d’autres unités".

Grâce à la médiation de l’Algérie, un "rapprochement significatif des vues" a eu lieu entre le gouvernement malien et l’Alliance démocratique du 23-mai pour le changement, rappelle-t-on.

Les deux parties et le facilitateur algérien avaient confirmé, lors de leur précédente tripartite tenue du 19 au 21 juillet dernier à Alger, leur "attachement" à l’Accord de paix signé à Alger le 4 juillet 2006 et "renouvelé leur confiance en la facilitation algérienne pour relancer l’oeuvre entamée pour la restauration de la paix, de la sécurité et du développement dans la région de Kidal".

samedi 30 août 2008

Niger-Mali : l'ONU dans l'arène



par JA08, le 30 Août 2008 à 13:48

Les Nations unies dévoileront prochainement la nomination d'un médiateur dans les conflits opposant des rébellions touareg - le MNJ au Niger et l'ATNMC au Mali - au pouvoir central de Niamey et de Bamako. Un diplomate canadien, qui a discrètement engagé sa mission durant l'été, aura fort à faire. Il lui faudra composer avec le Guide libyen, Muammar Kadhafi, incontournable sur le dossier, ainsi qu'avec l'Algérien Abdelaziz Bouteflika. Autre écueil : l'intox, arme favorite des protagonistes. Ainsi, le Mouvement des Nigériens pour la justice a récemment démenti tout renoncement à la lutte armée, "décision" bruyamment annoncée par le régime de Mamadou Tandja.
Source:lexpress.fr
source :Issalane

Information/MNJ


samedi 30 août 2008
Information

Après plusieurs mois de recherche et d’investigations, nous sommes aujourd’hui en mesure d’informer nos compatriotes des manœuvres qui, à Niamey, ont conduit à l’enlisement du conflit qui nous oppose aux autorités Nigériennes.

En déclenchant les hostilités, le MNJ s’est donné l’objectif d’amener le gouvernement Nigérien à prendre en compte la détresse et l’angoisse de nos populations et le développement de l’injustice dans notre pays, et ce en raison des multiples tentatives pacifiques restées vaines.

Cette opportunité a été saisie par un arriviste pressé en la personne du Ministre de l'intérieur Mr. Albadé Abouba qui voyait en cette aubaine la chance de sa vie : celle de devenir enfin l’homme incontournable aux yeux du président Tandja.

A chaque fois que les Nigériens tentent d’œuvrer pour la paix et la réconciliation nationale, le Ministre de l’intérieur réussit à en dissuader le Président de la République à qui il fait croire qu’il est capable de régler à sa manière ce conflit. Il se présente en expert de la question et seul en mesure de faire face à ce problème.

Il met alors en route une stratégie vieille comme le monde : «diviser pour mieux régner».
Pour arriver à ses fins, il a réussi à rassembler dans son salon quelques frères égarés et à déployer un important dispositif de renseignement.

Une aubaine pour plusieurs de nos compatriotes qui trouvent le moyen d’arrondir leurs fins des mois grâce au colportage, la calomnie et la délation. Pour ça, le ministre dispose du budget nécessaire pour mener cette action de bas étage.

A malin, malin et demi : certains Nigériens ont bien profité de cette situation pour fructifier leurs affaires. C’est ainsi que d’aucuns ont pris à la volée la fameuse formule des «combattants qui déposent les armes». Ces opérateurs économiques achètent des armes dans un pays voisin et font appel à des mercenaires payés à la tache pour jouer la scène et qui n’ont aucune formation du métier des armes. Le cas de Gouré est illustratif de cette manœuvre malsaine.

Voilà donc comment un individu sorti du néant a manœuvré dans l’ombre pour créer la haine et la désolation dans le seul but d’assouvir des ambitions personnelles.

Nous espérons qu’un jour le président de la république et les FAN découvriront son jeu et que justice soit faite.

Le mouvement.

Publié par La voix des Hommes libres à l'adresse 30.8.08

Sécurité au Sahel : report du sommet des chefs d’Etat


lexpressiondz.com-30-08-08

samedi 30 août 2008

Le sommet des chefs d’Etat des pays du Sahel et du Sahara sur les problèmes de sécurité, initialement programmé en août à Bamako, a été une nouvelle fois reporté, cette fois au mois d’octobre, a-t-on appris hier, auprès d’un officiel malien. « La rencontre des chefs d’Etat des pays du Sahel et du Sahara sur les problèmes de sécurité dans cette zone, pour des raisons de calendrier, est reportée au mois d’octobre » a expliqué à l’AFP cet officiel malien sous couvert de l’anonymat.

Le sommet doit être organisé à l’initiative du Mali et de la Libye. Initialement, sept chefs d’Etat (Mali, Niger, Tchad, Burkina, Mauritanie, Libye et Algérie) devaient se rencontrer début juillet à Bamako pour stabiliser cette région en proie à des attaques terroristes d’Al Qaîda, des rébellions et des trafics de drogue et d’armes. Le Mali et le Niger font ainsi face à des rébellions touareg dans le nord de leur territoire.

Les tentatives de médiation des deux influents voisins du nord, l’Algérie et la Libye, n’ont pas encore permis de mettre un terme aux violences. Une rencontre destinée à relancer le processus de paix dans le Nord-Mali a débuté hier à Alger.

R.I

Grâce aux efforts de la médiation algérienne, gouvernement malien et rebelles touareg conviennent de " mesures de confiance "


Amar Rafa - La Tribune-Algérie- 30-08-08

samedi 30 août 2008

Les représentants du gouvernement malien et du groupe touareg du 23-mai de la région de Kidal (nord du Mali), réunis depuis jeudi à Alger avec la médiation de l’Algérie, ont convenu de « mesures d’urgence nécessaires au rétablissement de la confiance et à la création des conditions favorables à la reprise du dialogue dans un proche avenir sur les questions substantielles », a annoncé à l’APS une source diplomatique. Grâce aux efforts du facilitateur algérien, M. Abdelkrim Gheraïeb, un « rapprochement significatif des vues » a eu lieu entre le gouvernement malien et l’Alliance démocratique du 23-mai pour le changement, ajoute-t-on de même source. Outre le fait que les deux parties aient accepté de prendre des mesures de confiance pour la « consolidation de l’arrêt des hostilités », elles ont également convenu de « la création des conditions propices à la conduite de certaines opérations de terrain, notamment celles liées à la libération des détenus, au retour des personnes déplacées, au déminage et à la détermination des circonstances de la mort de certains membres de l’Alliance et de tout autre cas similaire », a-t-on précisé.

Le gouvernement malien et l’Alliance ont aussi accepté de poursuivre les pourparlers « au cours de deux prochaines réunions tripartites de suivi, à tenir durant la période allant du 20 août au 10 septembre » prochain, a-t-on relevé.

La présente réunion d’Alger, qui a rassemblé les délégations des deux parties en conflit au Mali, autour du facilitateur Abdelkrim Gheraïeb, l’ambassadeur d’Algérie à Bamako, et les membres de sa délégation, entre « dans le cadre de l’évaluation périodique de la situation dans la région de Kidal », notamment pour « faire le point sur la mise en œuvre des mesures arrêtées et poursuivre le processus de mise en œuvre des différents volets de l’accord d’Alger », soutient-on encore de source diplomatique. Un « contexte encourageant » caractérise cette réunion « au regard de la volonté affichée à nouveau, de part et d’autre, de préserver les acquis réalisés et qui, faut-il le rappeler, se sont consolidés depuis la dernière réunion par la poursuite du climat d’apaisement prévalant sur le terrain et la libération à partir du 16 août 2008 d’un groupe de près d’une trentaine de militaires maliens », a conclu cette source.

Le diplomate algérien Abdelkrim Gheraïeb, médiateur dans le conflit du nord du Mali, a rencontré séparément jeudi dernier à Alger les délégations du gouvernement malien et des ex-rebelles touareg, en prélude à cette réunion, qui se tient en l’absence d’Ibrahim Ag Bahanga, l’un des chefs rebelles touareg maliens.

A. R

Bahanga s’est absenté de la rencontre d’Alger et négocie la question des otages à Tripoli



El Khabar- samedi 30 aout 2008

samedi 30 août 2008

Reprise des négociations entre le Gouvernement Malien et les rebelles Touaregs Bahanga s’est absenté de la rencontre d’Alger et négocie la question des otages à Tripoli

Les négociations entre les rebelles Touaregs de l’Alliance Démocratique pour le Changement d’une part et les représentants du Gouvernement Malien d’autre part ont commencé Jeudi à Alger, pour parachever le processus de paix et le cessez le feu entre les deux parties. L’absence de Bahanga des négociations qui ont eu lieu à Alger a laissé poser plusieurs interrogations, concernant la stratégie adoptée par l’alliance pour le changement au Mali.

Une délégation de cette alliance se trouve actuellement à Alger pour négocier quatre points essentiels dans la résolution de ce conflit et arriver à un cessez le feu.

Des interrogations se posent également autour des négociations parallèles entre Ibrahim Ag Bahanga et le colonel Mouammar Kadhafi à Tripoli, autour de la situation des otages des deux parties. Un responsable près de l’Alliance a déclaré, la semaine passée, en marge du discours de Mouammar Kadhafi, prononcé devant les Touaregs de la Libye, qu’il a remis le dossier des otages à Kadhafi pour superviser la libération des otages.

Un responsable algérien en rapport avec les négociations en cours entre les deux parties a affirmé à l’Agence de Presse Française AFP, tout en ne citant aucun nom, que Tripoli a été associé au processus de régularisation. Il a affirmé que le fait de livrer les otages au commandant Libyen ne pose aucun problème. Les frères Libyens peuvent résoudre la question des otages, cela ne nous dérange nullement. Toutefois, nous continuerons les négociations à Alger pour l’application des accords qui ont été signés.

Par M. Cherrak/ Rubrique Traduction

La rébellion touarègue, entre opportunisme et idéal politique



Virginie Gilles- Africa international -N° 422 – Aout 2008

samedi 30 août 2008

Boubous noirs et chèches bleus, les Touaregs du Niger et du Mali, contraints à la sédentarisation, se sentent aujourd’hui exclu de la vie socio-économique et politique. A coup d’actions d’éclats, ils tentent de se faire entendre et de préserver, coûte que coûte, leur culture et identité.

Au Niger, les rebelles touaregs du Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) ont libéré leurs otages, le 25 juin 2008. Les 4 salariés du groupe nucléaires français Areva avaient été enlevés trois jours plus tôt sur le site d’une mine d’uranium, à Arlit, dans le nord du pays. L’opération était destinée à faire pression sur les autorités de Niamey. Agali Alambo, chef de la rébellion, explique qu’il voulait faire passer un message au gouvernement : la communauté touarègue refuse toute prospection et exploitation des richesses du sous sol avant que soient résolus les problèmes dans le nord du pays, ou cette communauté est installée. Les litiges portent sur « la décentralisation, le développement social, le respect de l’identité touarègue, l’intégration économique et sociale » énumère Ahmed Akoli secrétaire général du MNJ en Europe.

Le mouvement, apparu en début 2007, se bat pour les populations locales afin d’obtenir une plus grande part de revenus générés par l’uranium extrait dans la région. Le MNJ réclame également davantage d’emplois pour les Touaregs. « Nous représentons seulement 10% des effectifs sur les sites d’exploitation. Nous sommes affectés aux basses taches : conducteurs, agents de sécurité, veille technique » ajoute Ahmed Akoli « Ils veulent nous assujettir » lance – t– il agacé.

Les gouvernements nigérien et malien se sont accordés, en 1992, pour apaiser la rébellion des Touaregs qui durait depuis deux ans et menaçait de tourner à la guerre civile. Deux questions principales ont été réglées : la décentralisation des régions et la démilitarisation par l’intégration de quelque 2500 Touaregs dans les armées régulières, la police et la fonction publique. Les pouvoirs publics ont aussi promis de réfléchir à amélioration des conditions de vie des populations locales et une plus grande implication dans la vie économique et politique des deux pays.

En 2008, les Touaregs estiment que les engagements n’ont pas été tenus. « Premier point, avance le secrétaire générale du MNJ, la décentralisation n’as jamais été faite. Le pouvoir central influence toujours les élections régionales et c’est lui qui nomme les gouverneurs » Initialement, l’autonomie octroyée aux régions devait être communale, départementale et régionale. Mais seules les communes ont été touchées par cette mesure et les préfets, nommées par décret, font tout leur possible pour maintenir leur contrôle. Dans un but de sédentarisation, les Etats malien et nigérien gardent un œil sur les régions touaregs, sous prétexte de sauvegarder l’unité nationale. A contrario , les Touaregs aspirent à retrouver leur nomadisme d’antan avec, à leur tête, un chef de tribu local. « Pour ce qui est du développement économique, ajoute Ahmed Akoli , on n’en a jamais profité. Toutes les richesses sont au sud. Les banques sont au sud. Rien n’est renvoyé vers le nord » Evoquant les efforts de développement exigés par les rebelles, le président malien , Amadou Toumani Touré avait indiqué en 2007, lors du Forum de Kidal destiné à la réflexion sur les moyens de promouvoir les régions nord du Mali, que plus de 500 milliards de F CFA (762 millions d’euros) avait été débloqués, 140 milliards (213 millions d’euros) sont aujourd’hui prêts à être investis, qu’il faut ajouter aux 12 milliard de FCFA (18 millions d’euros) prévus pour le projet de développement de la région de Kidal ( huitième régions administrative, au nord-est du Mali). Les revendications exprimées pour Kidal , capitale des Ifogas- une tribu touareg exerçant depuis plusieurs générations un rôle politique majeur dans la région_ portent sur le développement de cet immense espace désertique, toujours traversé par les Touaregs et leurs troupeaux.

Représentant 6% de la population malienne, soit 4000 000 personnes selon les chiffres officiels , les Touaregs sont dispersés entre le Mali, la Libye, l’Algérie, le Niger, le Burkina Faso et, dans une moindre mesure le nord du Nigeria et le Tchad. A titre d’exemple, Kidal ne dispose que de quatre centres de santé, soit un pour 60 km2. Ex-chef du Mouvement nationale pour la libération de l’Azawad, groupe rebelle armé au nord mali , le lieutenant colonel Hassan Fagaga s’est félicité de la réaction du chef de l’Etat malien. « Notre région est pauvre et nous voulons travailler à son développement » insiste- il. Les secteurs social, marchand, culturel et surtout, la santé et l’enseignement, pâtissent du manque de moyens. « Les autorités nigériennes comme malienne ne comprennent pas nos besoins , ne respectent pas nos spécificités culturelles. Ils veulent nous assimiler autres communautés » s’enflamme Ahmed Akoli du MNJ.

L’identité est un des éléments fort de la revendication touarègue. « Nous avons une culture, des coutumes, une civilisation et des mœurs que nous entendons faire respecter » troisième communauté du Niger après les Haoussas et les Djermas-Songhaïs, les Touaregs sont considérés comme une minorité alors qu’ils peuplent les trois quarts du territoire nationale. Leur population est évaluée à 3 millions d’individus sur prés de 13 millions de Nigériens. « Les combattants touaregs ont bien été incorporés dans l’armée mais, pour contrebalancer cette intégration , Niamey et Bamako ont recruté prés de 10 000 hommes dans les autres communautés » affirme le secrétaire générale du MNJ. « Parler d’intégration est incorrect. Nous sommes citoyens de ces pays. C’est un comble : nous luttons au sein même de nos propres Etats pour être reconnus » s’agace Ahmed Akoli. L’indemnisation accordée par le Niger et le Mali aux 6000 combattants touaregs démobilisés en 1995 s’est élevée à un peu plus de 78 000 F FCA par personne, après douze années de réclamation. « Ils se moquent de nous , lance dépité Ahmed Akoli. « Mais la relève est là. Les jeunes se sentent très concernés par les revendications de notre communauté. Nous avons su rester soudés » s’exclame-t- il avec fierté. D’ou la prise d’otage, un moyen de pression très utilisé de nos jours tant au Nigeria qu’en Irak ou en Colombie.

Page 24 Africa international -N° 422 – Aout 2008

vendredi 29 août 2008

Aide d'urgence au Niger - Rapport sur l'aide d'urgence aux déplacés d'Iferouane au nord Niger


28-08-08
Contexte
Iferouane est une petite ville de l'Aïr située à 1300 kilomètres au Nord de Niamey, au pied du Mont Tamgak. Depuis 2005, le Secours populaire mène avec son partenaire avec son partenaire nigérien HED-TAMAT un programme d'amménagement et de gestion de l'hydraulique.

Les habitants de cette zone vivent une situation humanitaire très alarmante. En effet, la population a souffert en août dernier d'innondations qui ont affectées les jardins maraîchers. Elle se retrouve prise en étau par un conflit qui oppose l'armée régulière et le Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ). Les voies d'accès à la commune ont été minées coupant la ville de tout approvisionnement depuis plusieurs mois.

Des ressortissants d'Iferouane à Agadez (à 300 km) se sont organisés sous le collectif "SOS Iferouane" pour acheminer des vivres par convoi en passant par une route plus sûre. Rapidement, la situation sécuritaire a rendu ces déplacements quasi impossibles.
Désormais, la ville s'est complètement vidée de sa population qui craint d'éventuels combats et des exactions sur les populations. Plusieurs centaines de familles, notamment les éleveurs, se sont installés dans les campements de fortune dans les vallées de l'Aïr. Les autres habitants ont rejoint à dos d'âne ou de chameau, souvent à pied, la ville d'Arlità 160 km plus au sud ou celle d'Agadez à plus de 300 km.
En décembre 2007, notre partenaire nous a alertés sur la situation de 120 familles (432 personnes) qui, après un véritable calvaire, sont arrivées à Agadez totalement démunies. Au cours de leur déplacement, deux femmes ont même accouché. D'après les informations reçues du "Comité SOS Iferouane", nous savions que d'autres familles étaient en route.

Déroulement de l'action

A Agadez, où les familles sont hébergées par les habitants, notre partenaire mène un gros travail et recence les déplacés et leurs besoins. Rapidement, le Secours populaire français a lancé un appel aux dons à l'attention du public. Après une première estimation des besoins, un premier fonds d'urgence de 6000 euros a été débloqué et transféré à notre partenaire, le 11 décembre 2007.
Dans un premier temps, un comité composé de membres d'Hed-Tamat, de représentants du conseil municipal d'Iferouane (représentants des déplacés), du Système d'Alerte Précoce (SAP) a été mis en place afin de décider de la meilleure aide à apporter et des modalités de répartition de celle-ci. Au départ, l'aide devait être alimentaire et matérielle (bidons d'eau, savons, etc.) mais les besoins étaient tels au niveau de l'alimentaire qu'il a été choisi de ne distribuer uniquement des vivres de premières nécessités.
Le comité a donc fait une distribution à toutes les familles déplacées de 10 kg.
A partir du recensement de familles déplacées, des bons précisant le nombre de personnes à charge ont été remis aux chefs de familles.
Le 8 janvier 2008, l'opération a permis la distribution gratuite de vivres sur la base de 10 kg de riz et 750 grammes de lait en poudre par personne et de 4 litres d'huile par famille à 162 familles soit 562 personnes déplacées à Agadez.
Entre temps, le Secours populaire français a continué ses appels aux dons. Le 18 janvier 2008, l'appui de la fondation Bruneau nous a permis d'engager une deuxième phase d'aide aux déplacés d'Iferouane, cette fois-ci dans la commune d'Arlit.
Ainsi, le 19 février 2008, à Arlit, ce sont 169 familles, soit 956 personnes qui ont bénéficié de l'aide alimentaire d'urgence constituée de 4 kg de semoules, 500 grammes de lait en poudre et d'un litre d'huile par personne.

Bilan

Cette aide a été la première reçue par les familles, alors qu'elles étaient arrivées dans un dénuement total, sans même de bidons pour transporter l'eau. Malgré les difficultés rencontrées vis-à-vis des autorités, notre partenaire a pu réaliser le programme comme prévu et en concertation avec toutes les parties. Au final, à Arlit et à Agadz, l'aide a bénéficié à l'ensemble des familles déplacées, soit 1518 personnes. Elle leur a assuré le minimum alimentaire pour au moins un mois. Après ces distributions, d'autres aides sont arrivées aux familles. La Croix Rouge et Africare ont apporté une aide alimentaire tandis que l'Unicef est intervenu en appuyant les familles en ustensiles usuels.
Depuis, la situation dans l'Aïr est toujours inquiétante et les zones affectées par le conflit se sont étendues. La population du Dabaga (30 km d'Agadez) arrive également à Agadez suite à l'installation de l'armée à proximité de la ville. Mais l'approvisionnement reste possible contrairement à Iferouane bien que plus de 500 personnes supplémentaires soient en attente à Agadez.
Aucun retour des populations n'est envisageable à l'heure actuelle et dans l'attente d'un début de dialogue entre les bélligérants, celles-ci continuent d'être hébergées par les habitants. Notre partenaire continue son important travail de recensement des déplacés et de leurs besoins.
Les dernières nouvelles du terrain sont mitigées. Certaines familles déplacées ont commencé à reprendre des activités économiques, notamment en travaillant dans les jardins maraîchers. Par contre, l'augmentation du prix des céréales amplifiée par les difficultés de leur acheminement par convoi militaire dans l'Aïr rendent la période de soudure particulièrement dure pour la population dans son ensemble. Le sac de riz de 50 kg vaut entre 19 500 à 20 000 FCFA à Agadez contre 15 000 FCFA à Niamey en même temps, l'huile et le lait ont augmenté de 100 %.

Secours Populaire 78


Posté par Anne_Simone à 19:01 - Simone actu Niger -

jeudi 28 août 2008

NIGER: Le conflit dans le nord, un obstacle aux soins maternelles



par JA08, le 27 Août 2008 à 20:14

AGADEZ, 27 août 2008 (IRIN) - Il y avait du sang partout. Ouma Ibrahim savait qu’il n’était pas normal qu’elle saigne autant après avoir donné naissance à son fils à son domicile. Aussi a-t-elle décidé de consulter une sage-femme de la clinique Dagamanet, un centre de santé situé près de chez elle, à Agadez, qui l’a envoyée à l’hôpital régional, à cinq kilomètres de là.

Mais à la tombée de la nuit, Mme Ibrahim n’a pas pu trouver de voisin disposé à l’y conduire.

Normalement, le trajet en taxi aurait dû lui coûter 0,50 dollar, mais le seul chauffeur de taxi qu’elle a trouvé lui en a demandé trois, « tout simplement parce qu’ils savent qu’ils peuvent », a expliqué Mme Ibrahim.

« Personne ne veut être dans la rue la nuit. C’est risqué. Les voisins font semblant de ne pas entendre quand on frappe à leur porte, ou quand on leur demande si on peut emprunter leur voiture », a-t-elle dit. « S’il avait été plus tard, j’aurais tout simplement dû rester chez moi et attendre le matin ».

Panique à Agadez

Agadez, un des principaux points d’entrée dans les montagnes de l’Aïr qui longent le désert du Sahara, est en état d’alerte depuis que les rebelles du nord du désert, hostiles au gouvernement, ont pris les armes, il y a un an et demi. Les bus et les véhicules privés ne peuvent se rendre dans le nord qu’un jour sur deux, lorsque des convois militaires sont disponibles pour les escorter.

Jusqu’en 2007, la ville, au centre d’une industrie du tourisme florissante, recevait des vols charter en provenance directe de l’Europe, mais aujourd’hui, le gouvernement juge qu’il est trop dangereux pour les touristes de s’y rendre.

Les combattants réclament davantage d’investissements communautaires et une plus grande part des profits tirés de l’exploitation minière dans la région nord, riche en ressources.

Les violences ont débordé des montagnes jusqu’à Agadez, la ville d’origine de Mme Ibrahim, où se trouve la base militaire régionale responsable des opérations militaires menées par le gouvernement contre les rebelles. À Agadez se trouve également l’un des deux hôpitaux publics régionaux qui couvrent toute la moitié nord du pays.

Moins de patients à l’hôpital

En mars dernier, les autorités ont décidé que l’hôpital d’Agadez, situé dans le centre-ville, devait être agrandi. Le terrain disponible pour construire un nouvel hôpital était situé aux limites de la ville, juste en face de la base militaire. Or, celle-ci est considérée comme une cible potentielle pour les rebelles.
Ouma Ibrahim est arrivée à l’hôpital le 21 août à 20 h 30, plus de 40 minutes après le début des saignements. Le docteur Hamadou Idrissa, gynécologue en chef de l’hôpital, a déclaré que la patiente présentait une anémie grave à son arrivée, et qu’elle devait recevoir une transfusion sanguine.

« Depuis que nous avons déménagé ici, j’ai constaté une diminution considérable du nombre de cas qui nous recevons au service de maternité », a-t-il dit. « Nous n’avons reçu aucune information selon laquelle l’armée interdirait aux gens de se rendre à l’hôpital pour se faire soigner, mais les gens n’arrivent pas à surmonter la barrière psychologique qui les empêche de venir se faire soigner aussi près de la base ».

Selon ce médecin, c’est la peur, et non une expérience réelle, qui amène les populations à penser que l’armée pourrait leur barrer la route. L’armée met en place des points de contrôle à partir de 19 h 00.

Abdoulaye Hama, le maire d’Agadez, a indiqué qu’il avait commandé un véhicule, qui servirait d’ambulance municipale, et qui devrait être livré le mois prochain. Le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) s’est engagé à assumer les frais d’essence.

Difficultés d’accès dues au conflit

Depuis la reprise des violences, l’année dernière, il est difficile de se rendre auprès des femmes enceintes qui vivent au-delà des limites de la ville, les routes asphaltées ne menant guère plus loin, a expliqué Mahaman Hanissou Ouedraogo, directeur des bureaux de l’UNFPA à Agadez. L’accès aux montagnes, théâtre d’une bonne partie des affrontements, est strictement bloqué.

Les informations les plus récentes relatives à la mortalité maternelle au Niger ont été recueillies avant la dernière reprise des violences. Selon le gouvernement nigérien, en 2006, quelque 14 000 femmes sont mortes des suites de complications durant la grossesse.

« En raison de l’insécurité, l’UNFPA ne peut pas se rendre auprès des patients qui vivent dans les montagnes [théâtre d’attaques sporadiques]. Nous devons tout envoyer par l’intermédiaire du gouvernement », a dit M. Ouedraogo. « On ne peut pas assurer de suivi ; on ne peut qu’espérer que les femmes reçoivent bel et bien ce que nous envoyons et qu’elles emploient correctement les kits ».

L’UNFPA a donné aux autorités 6 000 kits d’accouchement à domicile et 3 000 trousses d’hygiène, qui doivent être distribués aux populations des 15 communes d’Agadez (la plus grande commune de la région s’appelle également Agadez).

Selon les statistiques régionales, outre les deux hôpitaux régionaux, il existe 40 centres de santé publics fonctionnels et 79 petites « huttes » de santé dans des zones plus reculées de la brousse.

Selon un recensement effectué par le gouvernement le mois dernier, environ 400 000 personnes se trouvent aux quatre coins du désert, dont la plupart sont des nomades qui vivent loin des villes.

Les centres de santé dépêchaient auparavant leur personnel au cœur de la brousse à bord de véhicules tout-terrain pour prodiguer des soins aux populations, mais le gouvernement a interdit ces cliniques mobiles en raison des violences.

Selon M. Ouedraogo, les infirmiers des centres de santé continuent malgré tout de distribuer des médicaments à motocyclettes, car celles-ci sont plus faciles à manœuvrer dans cette région dangereuse.

pt/nr/nh/ail


Thèmes: (IRIN) Enfants, (IRIN) Paix et sécurité, (IRIN) Egalité entre les sexes, (IRIN) Santé et nutrition

[FIN]

Niger : Dictature quand tu nous tiens !


Niger : Dictature quand tu nous tiens !
par JA08, le 27 Août 2008 à 20:26

Elle s'installe, petit à petit, de manière insidieuse. Au départ, elle était anodine. Aujourd'hui son visage hideux transparaît dans tous les espaces de libertés. Cette chose, c'est la dictature. La dictature, c'est quand un seul ou un petit groupe d'hommes dicte sa volonté aux autres. Elle a commencé par des arrestations de journalistes, puis par l'interdiction de parution de certains titres d'hebdomadaires. Depuis quelques temps, elle est passée à la vitesse supérieure. Le maintien de Moussa Kaka en prison ne lui suffit plus. Notre monstre, chaque jour que Dieu fait, a besoin de nouvelles victimes, de nouvelles proies. Parmi les dernières victimes, nous avons la Radio Télévision Dounia (RTD), fermée « pour non respect de son cahier de charges ».
Quand aux journaux qui dérangent, ils sont sommés de se mettre aux pas ou de disparaître. La dictature a ceci de particulier qu'elle se nourrit de restrictions des libertés. Elle a ceci de singulier qu'elle abrutit et le peuple et l'élite intellectuelle qui finit par perdre en confiance en soi. La dictature i exige et impose la pensée unique. Elle tue en l'homme tout sentiment de noblesse et de dignité. Elle instrumentalise la justice et la force publique à des fins de satisfaire l'ego d'un seul ou d'un groupe précis.
En 1999, lorsque, dans la joie et l'allégresse, les Nigériens ont voté en faveur de Tandja, ils pensaient sûrement avoir voté pour un démocrate, un homme nouveau. Au soir de son second et dernier mandat, ses compatriotes découvrent l'horreur : la volonté de puissance d'un homme que rien ne destinait à un si haut destin. Les Nigériens découvrent en fait qu'ils ont été dupés : l'homme qu'ils ont plébiscité n'est pas celui qu'ils ont cru. Censé être au dessus de la mêlée, Tandja n'a jamais su s'élever là où il fallait pour marquer l'histoire de son pays.
Préfet zélé d'une dictature implacable, au soir de son mandat, il fait tomber les masques. Dictateur hier, il l'est aujourd'hui. En fait, « le séjour d'un tronc d'arbre dans le fleuve ne le transforme pas en caïman », dit un adage universel. On peut ajouter que le maintien d'un lion en gage, sa domestication faut-il dire, ne change pas sa nature.
Tandja « grignote » au nom d'un hypothétique troisième mandat, les espaces de Libertés concédés par la constitution de 99. Il n'agit pas directement mais par le biais de gardes-chiourmes heureux de voir le boss faire leur fortune. Comme tout dictateur, Tandja ne dit mot. Il ne parle pas. Ses désirs sont exprimés par tous ceux qui pensent qu'en se maintenant au pouvoir, ils continueront, dans son ombre, à « grappiller » par ci par là, quelques subsides. Ce sont ces vautours qui sont les véritables relais du chef suprême Et, c'est eux, par eux qu'insidieusement, la dictature s'installe, prend corps pour le malheur du plus grand nombre. Les Zélotes vautours sont, méthodiquement, en train de tuer la cinquième République pour lui substituer, de facto, la sixième res publica, La chose publique.
Ibrahim Abdou
Source:Canard Déchéné

Le nombre des ex-rebelles démobilisés augmente au Niger



DS/ib/APA-27-08-2008

jeudi 28 août 2008, par temoust

APA-Niamey (Niger) Une dizaine d’éléments des ex-Forces armés révolutionnaires du Sahara (FARS, Toubou), alliée au Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ) ont remis aux autorités nigériennes un arsenal de 500 mines antichar, plus de 3000 cartouches et plusieurs fusils à Dirkou, (1600 km au nord-est), dans la région d’Agadez, selon la radio nationale citant mercredi, un porte parole des démobilisés.

La remise d’armes, dont la date n’a pas été précisée, s’est déroulée en présence des autorités administratives de la région d’Agadez et des responsables de l’armée nigérienne lors d’une cérémonie ayant permis aux transfuges de donner les raisons de leur reddition.

« Il s’agit pour nous de répondre à l’appel maintes fois renouvelé du Président Tandja (…) et de créer les conditions de la reprise des activités des partenaires au développement, notamment pour l’exploitation des potentialités énergétiques et minières dont regorge la région » a dit Boukoura Soukouma, le porte-parole des ex-rebelles.

Soukouma a également réitéré l’engagement « solennel » des démobilisés, à « abandonner définitivement la violence comme moyen de revendication ». Il a invité les jeunes du Kawar et du Manga (extrême-est) à soutenir le Chef de l’Etat Nigérien dans « l’effort de construction nationale ».

Dimanche dernier, plus d’une centaine de mines anti-char et anti-personnelles, des obus d’armes lourdes, des armes légères et des centaines de munitions, ont été restitués aux autorités, par d’autres ex-combattants des FARS à Gouré, localité située à 1000 km à l’est de Niamey.

La cérémonie de Gouré avait tourné court, lorsqu’une déflagration de plusieurs mines avait tué, officiellement, un civil et fait quatre blessés évacués d’urgence à Niamey.

La restitution des armes par des ex-combattants de la rébellion est consécutive à l’annonce par le président du MNJ, Aghali Alambo, cité par les médias officiels, de déposer les armes, en acceptant la médiation du dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi.

Selon le MNJ, l’explosion des mines dans cette localité « n’est nullement un accident (…) l’acte a été planifié et provoqué par les éléments de Sogona (ndlr : un ancien chef rebelle repenti), quand ils ont découvert toute la trahison et la manipulation dont ils furent l’objet ».

Dans un communiqué diffusé sur son site Internet, le mouvement rebelle a démenti l’information selon laquelle elle déposerait les armes, affirmant que son président n’a livré qu’un message de son homologue malien, Ibrahim Bahanga, et que « jamais le Président Alambo n’a parlé ni de libération des prisonniers, ni de cessez-le feu encore moins de déposer les armes ».

DS/ib/APA 27-08-2008

Tinariwen : Political urgency and soul-searching depth



Telegraph.co.uk - 28-08-08

jeudi 28 août 2008

The Tuareg band Tinariwen are a huge success in the West, but this has made them even more aware of their roots. They talk to Andrew Perry

Variously described as the world’s most exotic, exciting and dangerous rock band, Tinariwen have spent much of the past seven years away from their home in the desert of north-western Mali.

Their sound, a fusion of the traditional music of the Tuareg and electric blues, has resonated with audiences around the globe.

It is perhaps little wonder that their dusky, poetic chants about their people’s dispossession by the Malian government, and the bitter fight for freedom which their older members were involved in, have been enthusiastically embraced overseas. Such political urgency and soul-searching depth are simply not found in other contemporary music.

As the Western media have bestowed upon them increasingly generous splashes of hype, so Tinariwen have spent more time in our midst. In 2007, their eight-piece touring ensemble played 136 concerts abroad. They have passed much of this summer criss-crossing Europe on the festival circuit.

Much of the talk about Tinariwen focuses on how they might become the biggest non-Anglo-American band since Bob Marley and the Wailers, as long as the public can overcome the fact that they sing in Tamashek. There is, of course, another big "if" : whether Tinariwen are prepared to play the game to sell millions of albums.

advertisement On their arrival at the Larmer Tree Festival, near Shaftesbury, Dorset, this didn’t seem likely. A public Q ?& ?A session was cancelled, and when I met them backstage, the mood was not the promised one of jovial cups of tea and cigarettes. After some faltering introductions in French there was a tense silence. Ibrahim Ag Alhabib, their guiding light, paced in and out of the room in black jeans and Cuban heels.

Once on stage in his fine indigo robe, he was utterly magnetic, but no less elusive. He gently caressed blues signatures from his electric guitar, and sang with an aching, alien beauty. After two songs he vanished, leaving other male members to sing, and the two women to dance, smile and emit a guttural call not dissimilar to a native American warcry.

The music was fabulous, mesmerising, but Bob Marley didn’t crack America by hiding in his dressing-room for half the show.

No one, however, could accuse Ibrahim of not paying his dues. When he was four, his father was shot by government soldiers. Ibrahim became nomadic, fleeing to Libya, where Colonel Gaddafi was training Malian refugees to use Kalashnikovs, and guitars. There he heard Western rock for the first time. His ensuing band, whose name means "The Empty Spaces", articulated the feelings of anger and displacement among those exiled among the Tuareg. Their songs were first circulated on cassettes, until Western record companies became involved around 2000.

When I encounter Tinariwen for a second time, they’re killing time between flights at Gatwick. The mood is affable, if not exactly chatty. After a lengthy cigarette break, Eyadou Ag Leche, the band’s bassist, presents himself for an interview. As one of the band’s younger members, Eyadou is perhaps the leading edge of Tinariwen’s integration into Western culture. He joined when his instrument, the bass guitar, was added to make their sound more rounded for global consumption. "When I’m playing," he tells me, "I’m very conscious of the power that I feel in the music, which comes from everything that it has been, its ancestral line. The phase that we’re in is one where the music is communicating with the world."

The lives of the members have changed massively. Back in Mali, apparently, Ibrahim romps around in a 4x4, with Jimi Hendrix or Free blasting from its stereo. The situation between the Malian authorities and the Tuareg is comparatively peaceful, after a brief flare-up earlier this year.

Eyadou pragmatically concedes that they tour not just to spread the word, but also to make money, which is distributed among their extended families back home.

"The only weakness the Tuareg have is homesickness," he says. "You could put us in the most luxurious penthouse imaginable, in Malibu, or Chelsea, but we’ll still want to get back to the desert as quickly as possible. There’s nothing that compares - the simplicity, the peace, the freedom. So, my vision of the next record is something soft, sweet, and quiet, which expresses the real spirit of the desert, and why we’re homesick for it."

Eyadou was involved in mixing Aman Iman, their much-lauded album from last year, and, as thoughts turn towards a follow-up, his colleagues are looking to him to develop their sound.

Justin Adams, the Englishman who produced Aman Iman, explains : "What we’re trying to encourage them towards is a kind of Tamashek Pet Sounds, whereby they’re thinking for themselves about how they can use the recording studio and create new atmospheres there."

And so, for all problems inherent in their culture clash, Tinariwen’s story surely has plenty more exciting chapters to come.

Tinariwen play at the Cheese & Grain, Frome, tonight. Their ’Live In London’ DVD is released on Sept 8 by Independiente.

NIGER : Amoumene, "Sometimes, I think I am close to losing my mind"


UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs-27-08-08
jeudi 28 août 2008


Hundreds of displaced from fighting in Niger’s north have come to Agadez

AGADEZ, 27 August 2008 (IRIN) - Amoumene, 27 years old (not his real name) fled fighting last November in the Air Mountains, coming south to Agadez, one of the largest towns in Niger’s north.

For the past year and a half, rebels have been launching attacks against the Niger government, demanding more investment and uranium profits that come from the resource-rich mountainous desert.

Fighting has displaced more than 10,000 civilians, who have fled deeper into the mountains, over the desert into Libya and Algeria, or like Amoumene, find themselves in previous tourist hubs that have been rocked and emptied out by the desert violence.

"I came here because a man of my age who is in the mountains will be suspected of being a rebel. I could have been picked up or targeted by the government at any minute. I could not join the rebellion because I am the oldest son and if I die, who will take care of my family ?

"I had an onion garden five kilometres south of Iferouane. I had put all my money into the planting because I expected to sell my onions and use the earnings to get married. But I could not stay because of the violence.

"During combat in November [2007], I fled with a camel herder. We travelled two days before we arrived to Agadez. I have been trying to find work for the past nine months. I go to the centre where employers search for workers, but they all want people with schooling. I have never been to school.

"I am upset now that my parents never put me in school, but I know they needed me at home to help. I cannot go home because I have nothing to offer my family. I cannot stay here if I cannot even make money to cover rice ?

"And as a Tuareg, I know that anytime there is an explosion or combat, no matter how far away, people look at me with suspicion. Sometimes, I think I am close to losing my mind. I wake up afraid a mine will go off- anywhere.

"I just want peace to return. I want to see my garden and afford to marry and get on with my life. I would never think about trying to go far away to look for work like some people who escape at sea to Europe. Nomads are too attached to the desert. If I am desperate enough, I will go through the mountains into Libya or Algeria.

"But I am too tired to even do that."

Les négociations reprennent aujourd’hui à Alger



Tahar Fattani - L’Expression - 28 Août 2008 -

jeudi 28 août 2008

Ag Bahanga, chef des Touareg, ne prendra pas part à ces discussions. Absence due à des désaccords entre représentants des tribus.

Les ex-rebelles touareg et le gouvernement malien reprennent les discussions aujourd’hui à Alger. La délégation de l’Alliance démocratique du 23 mai, des ex-rebelles touareg, sera représentée par une dizaine de délégués issus de différentes tribus targuies. Cette délégation sera présidée par le porte-parole du mouvement Mohamed Aghreib (Ararib). Selon un source proche du dossier, Ibrahim Ag Bahanga, chef des Touareg, ne prendra pas part à ces discussions.

L’absence de ce chef est due à son désaccord avec les représentants des autres tribus sur quelques questions. M. Ag Bahanga serait, selon la même source, contre la libération unilatérale des otages. Il aurait exigé une libération de ces derniers en même temps que l’élargissement des prisonniers détenus par l’armée malienne. Ce désaccord a été constaté lors de la réunion interne de l’Alliance qui a regroupé toutes les tribus concernées.

De son côté, le gouvernement malien sera représenté par une délégation du ministère de l’Intérieur, qui sera présidée par le ministre malien de l’Intérieur, Kanfougouna Koné. Cette réunion, de trois jours, est qualifiée de décisive par les deux parties, notamment par les Touareg. Ces derniers attachent un grand espoir à cette réunion pour « aller de l’avant ».

Pour les Touareg réunis autour de l’Alliance démocratique du 23 mai, « ça passe ou ça casse ». Aux yeux des représentants de l’Alliance, il ne serait pas question de faire encore de nouvelles concessions au gouvernement malien.

Ils menacent même de reprendre les armes dans le cas où le gouvernement malien ne se décide pas à réellement appliquer les accords précédents. « Le gouvernement malien n’affiche pas une bonne volonté pour l’application des Accords d’Alger. Nous n’écartons pas l’éventualité de recourir aux armes dans l’avenir », a affirmé cette semaine Mohamed Aghreib (Ararib), porte-parole de l’Alliance dans une déclaration à L’Expression. Et de réaffirmer : « Nous mènerons d’autres attaques si le problème ne trouve pas de solution. » Notre interlocuteur explique que la partie gouvernementale a « tourné le dos » aux Accords d’Alger.

C’est dans ce contexte que la réunion d’aujourd’hui est qualifiée de décisive. D’autant plus qu’elle sera consacrée à l’évaluation de l’état d’application et de concrétisation des décisions prises le 21 juillet à Alger. « C’est une rencontre qui va nous permettre de faire le point sur les thèmes discutés lors de la dernière rencontre d’Alger », a confié à L’Expression Abdelkrim Gheraïeb, ambassadeur d’Algérie à Bamako. Outre la confirmation du cessez-le-feu et la fin des hostilités, les deux parties aborderont lors de cette réunion, les points liés à la libération de tous les détenus de part et d’autre, à l’opération de déminage, à l’implantation de l’unité mixte et au retour des familles déplacées de Tin Zaouatine. Comme souligné dans nos précédentes éditions, les questions liées à la libération des détenus des deux parties, ainsi que le lieu qui abritera l’unité militaire mixte constituent la pomme de discorde entre les deux parties. Le mouvement de l’Alliance insiste pour que cette unité soit installée dans la région de Tin Zaouatine indique, M.Aghreib. A noter que les deux parties ont mis en place une commission de 200 personnes, dont des experts militaires, qui travaillent au choix du meilleur site pour l’implantation de l’unité évoquée. Cette commission proposera, aujourd’hui, les lieux jugés les plus propices pour son implantation. Il s’agit, selon certaines indications, des régions de Tilizi et de Bourassa dans l’extrême-nord du Mali. Cela, en plus de la région du Kidal. La commission propose que cette unité soit implantée au niveau de la frontière algéro-malienne. Une suggestion rejetée par Alger. « Il n’est pas question qu’elle soit implantée sur le sol algérien. Car c’est une question interne au Mali », a commenté Abdelkrim Gheraïeb. Dans tous les cas, les premières décisions de cette réunion vont tomber d’ici la fin du week-end.

Tahar Fattani

mercredi 27 août 2008

Niger: explosion d'une mine lors d'une cérémonie de remise d'armes,un mort et plusieurs blessés


2008-08-26 08:14:29 NIAMEY, 25 août (Xinhua)
Au Niger, une mine a explosé, dimanche à Gouré (région de Zinder, 960 km à l'est de Niamey), au cours d'une cérémonie de remise volontaire d'armes par des éléments de l'ex-mouvement armé, les Forces armées révolutionnaires du Sahara (FARS), faisant un mort et plusieurs blessés, dont trois dans un état "grave".

L'explosion de cette mine a eu des effets induits sur les autres, dont une trentaine a explosé tuant Moussa Bidal, un ex- combattant, président de l'ONG "Développement à la base" qui milite pour la paix.

Parmi les blessés légers figure le gouverneur de la région de Zinder, Yahaya Yandaka.

Le commandant de la zone de défense de Zinder, le colonel Sidikou Issa, son aide de camp et un gendarme, grièvement blessés, ont été acheminés à Niamey où ils reçoivent des soins intensifs.

En annoncent cette tragédie, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mohamed Ben Omar a déploré la perte en vie humaine et les blessures occasionnées par cet incident.

"Nous nous acheminons véritablement vers un retour de la paix et nous demandons l'adhésion de la population à ce processus de paix", a-t-il affirmé.

mardi 26 août 2008

Rebellions Touareg au Mali et au Niger


http://www.maliactu.net
Rendez vous mardi 26 AOUT 2008 à partir de 10H00 GMT sur www.maliactu.net
mardi 26 août 2008

« Le Nord du Mali et le Nord du Niger ont été douloureusement secoués par ce que l’on a désormais l’habitude d’appeler le « conflit touareg », conflit qui a commencé en mai 1990 au Niger et qui s’est étendu au Mali à partir de juin 1990.

C’est au Niger que le conflit a commencé, entre les jeunes Touaregs armés, les Ishomars, et les forces armées nigériennes (FAN). Le Mali a été entraîné dans le conflit suite à l’arrestation des jeunes Touaregs qui avaient participé à cette attaque au Niger, qui avait fait des victimes. Les jeunes Touaregs maliens ont attaqué la gendarmerie de Nénaka le 29 juin 1990 pour libérer leurs frères nigériens. Cette attaque s’est aussi soldée par des pertes en vies humaines. Elle a été suivie de représailles de l’armée malienne. La région venait de s’installer dans une violence sans précédent, une violence qui provoqua malheureusement la perte de nombreuses vies humaines. »

Rendez vous Mardi 26 AOUT 2008 à partir de 10H00 GMT sur www.maliactu.net

Pour débattre avec l’invité du mois :

M. Tiébilé DRAME Ancien Ministre et Président du PARENA

Source : http://www.maliactu.net

Kadhafi met en garde contre toute attaque des Touareg


LIBYE - 25 avril 2005 - PANAPRESS

Le guide libyen Mouammar Kadhafi a indiqué dimanche soir à Tripoli, que les tentatives visant l'affaiblissement et la domination des Touaregs ont échoué grâce à la résistance de la Libye qui défend cette communauté.
Le leader libyen, en recevant la délégation des tribus touaregs de Libye et du Mali qui ont organisé mercredi dernier une rencontre dans la ville d'Oubari (Sud-Ouest de Libye), a ajouté que si la révolution du 1er septembre 1969 n'avait pas vu le jour, on aurait pu écraser effectivement les Touaregs au Niger et au Mali.

Dans une brève allocution devant les dignitaires des Touaregs libyens et maliens, le guide Kadhafi a affirmé que les Touareg constituent une nation qui habite le Sahara, ayant des origines profondes dans l'histoire et une civilisation de longue date.

Le guide Mouammar Kadhafi a critiqué les préjugés qui font des Touareg des "nomades, instables, primitifs et non-civilisés", soulignant que ces idées relèvent d'une "simplicité d'esprit".

Pour le président libyen, les Touareg ont des origines "très profondes" et "représentent les premières vagues des migrations lointaines arabes", datant d'une époque d'avant les Phéniciens et l'Islam.

Par ailleurs, il a appelé les Touareg à être fiers de leurs origines arabes anciennes et de leurs civilisations et valeurs ajoutant qu'il considère les Touareg comme les "lions et les aigles du désert".

"La Libye est le pays des Touareg, leur base et leur soutien", a tenu à préciser, Mouammar Kadhafi à l'adresse de l'assistance, avant de poursuivre que les anciennes tribus arabes libyennes s'étaient dirigées vers l'Algérie, le Mali et le Niger et ont atteint la Mauritanie et le Burkina Faso (ex-Haute Volta) qui "constituent un prolongement" de la Libye.

Pour ces raisons, le guide libyen a souligné que son pays "soutiendra" les touareg et "ne permettra à quiconque de s'attaquer" à eux car, selon lui, ce sont les "défenseurs du Sahara, du Nord de l'Afrique, de l'Islam et de cette zone stratégique".

Source : Jeune Afrique L'Intelligent, 26 avril 2005

Mali : deux militaires libérés sous l’égide du CICR


Genève/Dakar (CICR) - Deux militaires maliens capturés par l’Alliance des Touaregs du Nord Mali pour le changement (ATNMC), dirigée par Ibrahim Ag Bahanga, ont été remis le 25 août aux autorités maliennes à Kidal par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Les deux militaires, dont l’état de santé nécessitait des soins médicaux, ont été libérés pour raisons humanitaires et remis à une équipe du CICR qui, en tant qu’intermédiaire neutre, a facilité leur libération.

Le CICR, organisation humanitaire neutre et indépendante, qui a pour mandat de protéger et d’assister les victimes de conflits armés et d’autres situations de violence interne, effectue périodiquement des visites aux personnes privées de liberté en relation avec la situation qui prévaut au Nord Mali.

L’institution a pu récemment rendre visite aux militaires maliens détenus ainsi qu’aux trois gendarmes capturés en juillet dernier à Tessalit. En 2008, le CICR a également pu visiter les détenus se trouvant aux mains des autorités maliennes. Par ces visites, le CICR s’efforce de s’assurer des conditions de détention et de l’état de santé de ces personnes ainsi que de faciliter le contact avec leurs familles.

L’institution se tient prête à répondre aux besoins humanitaires qui se font sentir dans cette région du Nord Mali. À cet effet, le CICR, avec le soutien de la Croix-Rouge malienne, vient d’achever dans la région de Kidal une distribution de vivres et de secours non alimentaires destinés à 880 familles de déplacés internes et de personnes retournées.

Le CICR est présent au Mali depuis 1991. Il dispose de bureaux à Bamako et à Gao où il travaille en étroite collaboration avec la Croix-Rouge malienne.

En savoir plus !

Informations complémentaires :

Wolde-Gabriel Saugeron, CICR Dakar, tél. : + 221 33 869 13 69 ou +221 77 529 71 45
Marçal Izard, CICR Genève, tél. : +41 22 730 2458 ou +41 79 217 3224

Source : temoust

Comment Bahanga a rompu avec l’Algérie et épousé la Libye


La situation au Nord-Mali, particulièrement dans la région de Kidal, connaît malheureusement une triste évolution vers la confusion, en dépit de la libération récente de 21 autres otages sur les 93 entre les mains de rebelles de l’Alliance du 23 Mai. Après ces indices encourageants d’il y a seulement une dizaine de jours, l’espoir s’est à nouveau envolé, avec le dispute d’un leadership entre deux géants du Sahara : l’Algérie et la Libye.

De source digne de foi, la récente libération des 21 otages majoritairement détenus par les combattants « Idnan » et « Taghatmallat » - avec l’implication notamment des autorités maliennes et algériennes ainsi que celle de cadres et chefs de fractions -, devait être suivie ce week-end par la mise en liberté de l’ensemble des otages restants. C’est à cela que s’employaient des notabilités et personnes ressources présentes sur le terrain, dans le cadre de l’application effective du plus récent accord conclu à Alger par les officiels maliens et la partie rebelle, sous le contrôle des hautes autorités du pays d’accueil.

Mais pourquoi ces décalages et anachronismes dans la libération des otages, est-on logiquement tenté de s’interroger ? La réponse à cette question ne réside pas seulement dans le contrôle desdits otages par une multitude de groupes de combattants : à savoir les « Idnan », les Taghatmallat, les Ifoghas et tribus affiliées.

L’explication du manque de synergie d’action dans les rangs rebelles, il faut la rechercher également dans les indices d’une désintégration quasi accomplie et enclenchée depuis la dernière rencontre tripartite d’Alger, rencontre au sortir de laquelle les protagonistes convenaient, entre autres, d’une libération de l’ensemble des otages ainsi que de la détermination des zones de cantonnement pour les unités spéciales auxquelles allusion est faite dans l’Accord d’Alger.

Sur la question, il paraît évident que Ibrahim Ag Bahanga s’est singularisé par refus catégorique de parler le même langage que les autres protagonistes, y compris ses propres compagnons d’arme. À la faveur de récents pourparlers, en effet, la position du N°1 de la rébellion malienne a achoppé sur une divergence de vue avec l’Algérie, quant au choix de Tinzewaten pour abriter des unités mixtes en question.

En effet, le pays de Bouteflika, las peut-être de cautionner les caprices des combattants touaregs, n’est pas passée par mille pour reconnaître la souveraineté du Mali dans l’identification des parties du territoire nationale à consacrer aux dites unités. Ce qui n’a pas été du goût d’Ag Bahanga qui ne semble apparemment guère disposé à renoncer au contrôle des positions stratégiques dans la zone de Tinzewaten. C’est dans ces entrefaites que Moammar Khaddafi a fait une subite réapparition sur une scène qu’il donnait l’air d’avoir définitivement abandonnée à l’Algérie. Le guide Libyen l’a fait au détour d’une récente rencontre initiée à Tripoli et qui a regroupé autour de sa personne plusieurs représentants de mouvements rebelles du Mali et du Niger. Logiquement attendu à ce rendez-vous, Ibrahim Ag Bahanga en fut finalement le grand absent, mais il prit soin quand même de charger Aghali Alambo du MNJ d’être son porte-voix auprès du Guide Libyen.

« Seule la Libye est en mesure de résoudre le problème de la rébellion touarègue », a-t-il fait transmettre par Alambo, assurant du même coup qu’il reste à la disposition de Moammar Kadhafi pour toute attitude à adopter. Le message est ainsi clair : en lieu et place de l’Algérie qu’il avait lui-même choisi comme médiateur et où les blessés de la rébellion bénéficiaient gracieusement de soins de santé, Ibrahim Ag Bahanga ne jure plus que par le Haut Médiateur de la Cen-Sad qui, par son influence sur les hautes autorités maliennes, pourrait lui assurer un libre choix des zones de cantonnement des « Unités spéciales » prévues dans l’Accord d’Alger.

Quelle qu’en soit la motivation, son revirement et son aveu de dévotion ont manifestement atteint les effets escomptés. Car les sources rapportent qu’un observateur a été rarement témoin d’un éclatement de joie exprimé aussi librement exprimé en public par le Guide de la Jamahiriya. Mais le hic c’est que le Mali fait une entrée de plus dans le cycle infernal d’alternance de mainmise et d’influence tantôt algérienne, tantôt libyenne sur la crise au Nord et sur ses protagonistes. Si hier le rapprochement de la Libye et le recours des autorités maliennes à sa médiation débouchaient sur des attaques sanglantes, que doit-on attendre de la confusion occasionnée par ce changement d’allié de la part des rebelles ?

Abdrahamane Keïta
Aurore

Source : temoust

The MNJ has taken up arms against the government of Niger


The Sahara desert has been home to ethnic Tuaregs for thousands of years. They have maintained their nomadic existence - travelling, herding and living off the land. But it is an existence that is now under threat.

More than ten years on from a ceasefire many Tuareg are again fighting the government of Niger.

The Nigerien Movement for Justice (MNJ) is comprised of ethnic Tuaregs and members of other nomadic tribes. They took up arms in February 2007, demanding a greater share of the Sahara’s natural resources.

These natural resources are potentially worth billions of dollars - Niger is the world’s fourth-largest producer of uranium and, despite the fact that much of that uranium is found in Tuareg areas, the MNJ say their people see none of the profits.

The fighting has displaced many Tuareg civilians and the rapid desertification that has left three quarters of Niger covered in sand makes the search for pasture and water even more desperate.

Faced with an eroding habitat and what they say is hostility from a central authority to which they hold no loyalty, the Tuaregs nomadic existence seems more uncertain than ever.

Watch part one of this episode Watch part two of this episode

This episode of Africa Uncovered airs from Monday, August 25, 2008

Al Jazeera - 25-08-08

Source : temoust

lundi 25 août 2008

« Le MNJ dépose les armes » : fausse manip ou vraie intox ?



Issouf Maha

lundi 25 août 2008

Le lundi 18 Août 2008, Télé Sahel a livré à ses spectateurs un spectacle peu ordinaire. Un reportage grandeur nature sur la rencontre d’Ubari. Sans vouloir jeter l’anathème ni s’adonner à une quelconque agitation de symbole, il importe de décortiquer objectivement ce qu’il convient aujourd’hui d’appeler, un coup d’épée dans l’eau.

- De l’élément présenté par Télé sahel.

Les Nigériens sont tombés de haut en suivant sur leur petit écran une foule excitée, acclamant Aghali Alambo s’adressant au guide de la révolution libyenne. C’est d’autant plus surprenant que les deux personnages étaient jusque là considérés comme les pires ennemis de la nation et du peuple. Encore plus déboussolant, lorsqu’on se rend compte que le speech ne concernait nullement le cas spécifique du conflit nigérien. Au-delà de ce cérémonial offert en guise de cadeau de Noël aux téléspectateurs nigériens, le clou du JT aura été la brillante intervention en direct du Ministre de la communication, porte-parole du gouvernement. Avec un enthousiasme à peine dissimulé, le MC a trouvé les mots justes pour annoncer à la nation toute entière ce qu’il qualifie d’événement majeur, « la fin du conflit dans notre pays ».

- De l’intervention du Guide de la révolution libyenne.

Dans son intervention, le Guide a tenu à donner son point de vue en quatre axes essentiels sur la situation qui prévaut au Niger et au Mali. Il convient de souligner que l’analyse n’est nullement nouvelle.

L’utilisation de la lutte armée comme moyen pour rétablir les inégalités n’est plus dans l’air du temps. Encore faut-il rappeler que la déclaration universelle de droit de l’homme stipule dans son préambule : « Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression. » A ce sujet, si le déclenchement des hostilités est imputable au MNJ, le gouvernement nigérien est quant à lui responsable d’en avoir créé les conditions, mais aussi et surtout coupable de la gestion qu’il en a faite par la suite, en particulier la barbarie et de la désolation qu’il fait subir aux populations civiles de la région d’Agadez depuis ces vingt derniers mois.

Il n’est point envisageable de revendiquer un quelconque territoire. Ceci n’a jamais été d’actualité au MNJ, même si ses détracteurs ont toujours souhaité qu’il en soit ainsi.

Le souhait des jeunes de rompre avec la guerre. C’est là une réalité mainte fois réaffirmée par le mouvement. Ceci n’est malheureusement pas du souhait du Niger qui a su adroitement entretenir l’état de guerre.

Le guide a réaffirmé également son désir de voir s’instaurer la quiétude et la sérénité dans ce Sahara en proie aux trafics de tout genre. Le MNJ a toujours attiré l’attention des dirigeants nigériens et de la communauté internationale sur ce fait.

- De l’intervention d’Aghali Alambo

Dans son intervention, Aghali a certes décliné son identité en tant que président du MNJ mais s‘est gardé d’évoquer le conflit qui oppose son mouvement à l’Etat du Niger.

Nulle part dans ses propos il n’a été question d’un quelconque cessez le feu encore moins d’un avènement de la paix qu’il faille saluer solennellement.

Invité à la rencontre d’Ubari, Alambo en a profité pour transmettre un message d’Ibrahim Ag Bahanga adressé au guide la révolution libyenne. Pourquoi le Niger fait il un tapage médiatique autour de cet événement si ce n’est pour tromper l’opinion nationale et internationale. Faire croire qu’il désire la paix tout en œuvrant pour la continuité du conflit.

- De l’intervention du Ministre Ben Omar

Dans son intervention le Ministre a fait l’apologie de la paix et de l’unité nationale.

Il a fait entendre aux Nigériens la satisfaction du gouvernement en voyant enfin le terme du conflit. « Nous découvrons à l’occasion que le gouvernement est conscient de la désolation et des souffrances de tout une partie de la population… » Souffrance qu’il accentue par son état de mise en garde qui dure depuis bientôt un an. Souffrance qu’il fait subir à des centaines de citoyens innocents qui croupissent dans les prisons de haute sécurité. Les exactions et les exécutions sommaires sont présentées par le porte parole du gouvernement en véritable prouesse digne de remonter le moral du peuple Nigérien.

Chassez le naturel, il revient au galop. Le ministre précise quelques heures plus tard aux medias internationaux qu’aucune négociation n’est envisageable avec le MNJ.

- Que faut-il retenir ?

Nous ne sommes pas dans le secret de nos chefs d’Etat. Nul ne peut savoir concrètement les engagements qui ont pu être pris entre les colonels Kadafi et Tandja.

En revanche, nous pouvons affirmer sans craindre de nous tromper que la paix ne fait pas l’affaire du gouvernement nigérien. Du moins à ce jour. Il est très facile de manipuler l’opinion lorsque qu’on devient maître absolu du bateau.

Nous sommes dans le feu de l’action mais les Nigériens découvriront un jour, qui est le vrai responsable de ce conflit et à qui il profite. En attendant, Tandja et son équipe ont un rôle confortable et leur argumentaire est imparable devant n’importe quelle opinion qui ne soit pas au fait de nos réalités.

« Ce sont eux qui ont pris les armes ! Ils n’ont qu’à les déposer et rentrer au pays ! Nous sommes victimes et espérons que nos frères se rendront un jour compte de leur erreur et rentreront aux bercails » L’esprit simple dira qu’après tout c’est logique et il a tout à fait raison. Sauf qu’au fond notre équipe dirigeante connait parfaitement toutes les ficèles qui permettent de pérenniser le conflit. Arrestations arbitraires, déportations, tortures, exactions et assassinats, distribution à tour de bras des concessions minières englobant l’intégralité du territoire d’occupation des populations nomades du nord. Toutes choses qui tranchent avec une politique soucieuse de l’avenir à moyen et long terme des populations, un monde civilisée et une société moderne et démocratique et qui permettent de multiplier les révoltés.

Aujourd’hui nous pouvons dire que Tandja a bien réussi son coup. Le conflit est une réalité tangible. Les méchants qui terrorisent le peuple doivent rentrer sans condition. Tandja étant conscient que ça ne peut pas se passer ainsi, son conflit continuera indéfiniment, ou du moins tant qu’il en aura besoin pour ses calculs politiques.

Il se donne bonne conscience en affirmant qu’il souhaite la paix et la stabilité tout en œuvrant pour la haine et la désolation. Il peut se permettre de dilapider les moyen de l’Etat car après tout l’effort de guerre est justifié par un souci de sauvegarde de l’intégrité nationale. L’ambition de la partition du pays collée au MNJ justifie cette démarche. Et pourtant tout le monde sait que cette idée a été inventée par le gouvernement nigérien pour s’allier l’opinion nationale. L’opposition politique, sensée avoir un regard critique sur ces aberrations a démissionné depuis un an, en échange d’on ne sait quoi.

Par conséquent, il ne faut pas se leurrer, Tandja et son équipe soufflent le chaud et le froid. Ils ont réussi, en manipulant l’information un coup de maître. Nous ne savons pas encore tous les usages qu’ils veulent faire de ce conflit, au-delà d’avoir réussi à régner en maître absolu sur le pays. Nourrit il l’ambition de provoquer le déplacement massif des populations pour laisser la place aux sociétés extractives ou se limite-t il à un calcul plus égoïste, celui de faire perdurer son régime grâce à un climat d’insécurité savamment entretenu ?

Un jour, les Nigériens découvriront qu’ils ont été menés en bateau et diront « Alla Ya Issa ». Ceux qui vivent le conflit le disent déjà. En attendant, prions tous pour qu’un jour nos personnalités prennent de la hauteur et cessent de jouer aux griots politiques. C’est proprement humiliant pour les citoyens que nous sommes.

Issouf MAHA Maire Tchiro.

Gouré : mort et désolation suite à une mesquinerie


Blog du MNJ -25-08-08

lundi 25 août 2008

Dramatique et lamentable ! Ce sont les seuls mots qui conviennent pour qualifier ce nième acte du pouvoir de Niamey.

De nouveau les nigériens ont été servis sur le plateau de Télé-Sahel ! C’est ainsi qu’ils apprirent que Bokar Sogoma « a déposé sans conditions les armes pour rentrer au bercail » : l’éternelle chanson servie par un journaliste de circonstance tel un perroquet sur l’un ou l’autre des médias nigériens qui ne savent plus à quel saint se vouer pour alléger leurs consciences.

Pour faire presque vrai, on ne s’empêcha pas d’inventer une date toute récente et de dire que Bokar Sogoma est rentré le lundi 18 août 2008 par Dirkou sans oublier d’ajouter que c’est avec un important arsenal de guerre composé de 500 mines antichars et de…. et de …. et de …. : armement étalé d’ailleurs sans honte ni pudeur !

Or, la vérité est que nous avons chassé Bokar Sogoma, à Tefarawt exactement, de nos bases, le 06/07/08 à 16H. Il est rentré à Agadez sur une moto que nous avons bien voulu lui donner. Sinon, il n’est pas rentré à Agadez même avec son Thuraya que nous avons pris le soin de confisquer et sur lequel nous avons relevé tous les numéros des hommes politiques et des officiers des Forces Armées "Nigériennes" (FAN) auxquels il rendait, pendant tout son séjour au MNJ, régulièrement compte dans le cadre de la mission de renseignement qui lui a été confiée par eux : les informations fournies ont été d’un apport inestimable aux FAN au cours des attaques de Tadak et Tezirzaït. Sous d’autres cieux Bokar Sogoma serait purement et simplement neutralisé pour qu’on en parle plus. Mais au MNJ, l’humanisme l’emporte sur la sauvagerie et la barbarie ; l’engagement volontaire sur la contrainte.

En réalité Bokar Sogoma n’était qu’un agent que le gouvernement a voulu infiltré au MNJ et à qui les combattants de la Justice ont laissé croire qu’ils n’ont pas compris son jeu jusqu’à ce qu’il se rende compte par lui-même qu’il a été découvert et qu’il n’ait plus pu supporter la mise en quarantaine pour demander de retourner. Et voila qu’on ne redécouvre notre fameux Sogoma sur l’écran de Télé-Sahel que le 23/8/2008 soit plus d’1 mois et ½ après qu’il soit retourné auprès de ses mandataires !

S’il est tout à fait normal que ses mandataires rendent ce service à Sogoma pour qu’au moins ils puissent sortir pour dépenser en toute tranquillité les liasses encaissées pour services rendus et qu’il fallait aussi profiter de l’occasion pour jouer la scénette préférée de « Combattants du MNJ qui ont déposé les armes sans conditions et rentrés au bercail », ce qui par contre est malhonnête c’est de cacher aux Nigériens que Sogoma a passé le plus d’1 mois et ½ au Niger à faire la navette entre notre pays et la frontière tchadienne, en service commandé, accompagné de Boudal Bilal pour acheter aux frais du Peuple nigérien tout l’arsenal avec lequel il a été montré à Télé-Sahel car, il faudrait bien encore, comme d’habitude, mentir à la nation. Et, pour quel résultat ? 40 pauvres civils blessés et le nommé Boudal Bilal qui perdit malheureusement la vie au cours de ce grotesque montage.

Mais, il y a à côté de cela une autre triste réalité dont elle aussi, le pouvoir de Niamey ne voudrait en souffler mot. Ce qui est survenu à Gouré n’est nullement un accident.

En effet, et il faut le dire, l’une des mines (achetées à la frontière tchadienne et) qui a provoqué mort et désolation parmi les populations de Gouré, n’a pas explosé accidentellement. L’acte a été planifié et provoqué par « les éléments de Sogoma » dont on dit qu’ils sont rentrés avec lui, quand ils ont découvert toute la trahison et la manipulation dont ils furent l’objet. C’est d’ailleurs ce qui a fait que dès l’explosion, chacun d’eux s’est engouffré dans un des 4X4 amenés sur place pour l’occasion et a disparu dans la nature. Pour un fiasco, c’en est un, cette ridicule mise en scène !

Nous dénoncerons toujours les mensonges du pouvoir et dirons à chaque fois la vérité aux nigériens.

Il est cynique de penser qu’on peut gagner la guerre par écran de Télé-Sahel interposé et par le mensonge. Si c’est la guerre qu’il préfère au dialogue, alors le gouvernement de Niamey doit la faire dignement.

Le Mouvement.

Publié par La voix des Hommes libres à l’adresse 25.8.08

Mali : un groupe de rebelles touareg libère 3 gendarmes pour "faire la paix"


GAO (AFP) — Le chef d’un groupe de rebelles touareg a annoncé avoir libéré dimanche trois gendarmes maliens enlevés le mois dernier à Téssalit (Nord du Mali), pour montrer sa volonté de "faire la paix", confirmant ainsi une information obtenue de source militaire.

"J’ai libéré les trois otages pour montrer que je suis prêt à engager des discussions avec le gouvernement malien pour faire la paix. J’ai voulu montrer ma bonne foi" a déclaré Baye Ag Hamdy, ex-député de Tessalit et chef du commando qui avait enlevé les trois gendarmes dans la nuit du 18 au 19 juillet.

Auparavant, un responsable militaire dans le nord du pays, requérant l’anonymat, avait annoncé : "Les trois gendarmes enlevés le mois dernier ont été libérés ce dimanche, et ils sont actuellement revenus à Téssalit où s’organise en ce moment une cérémonie officielle en leur honneur".

Interrogé sur l’éventuel paiement d’une rançon pour la libération de ces trois gendarmes, l’ex-député a répondu : "Aucune rançon n’a été payée. Le Mali est pauvre et n’a pas d’argent. Je n’ai d’ailleurs pas demandé d’argent".

En contrepartie de son geste, Baye Ag Hamdy a demandé "que l’armée malienne relâche des parents touareg qui ont été arrêtés il y a quelques temps dans le nord".

Une source proche de l’armée malienne a affirmé que "les parents touareg" dont parle l’ex-député sont des trafiquants arrêtés en juillet dans le nord, avec "une importante cargaison de drogue".

Il reste actuellement encore des dizaines de soldats maliens aux mains des différents groupes de rebelles touareg.

Il y a un mois, Baye Ag Hamdi avait revendiqué au nom des "forces unies de l’Azawad" l’attaque du poste de gendarmerie de Téssalit, localité de la région de Kidal.

Les observateurs avaient tout de suite affirmé que ce mouvement touareg naissant n’était pas "très important".

La semaine prochaine débute à Alger une nouvelle rencontre entre des délégations de groupes rebelles touareg, du gouvernement malien et de la médiation algérienne pour faire avancer le processus de paix.

Baye Ag Hamdy a jugé que "pour faire la paix, le médiateur algérien (ambassadeur d’Algérie au Mali), ne doit pas seulement travailler avec le gouvernement malien et les rebelles de Kidal". "L’Algérie doit nous consulter aussi et aider à trouver du travail à tous les jeunes du Nord du Mali" a-t-il dit.

Source : AFP

A trois jours de la réunion d’Alger, les Touareg menacent de reprendre les armes


Le mouvement de l’Alliance lance un appel au gouvernement malien pour qu’il fasse preuve de bonne volonté afin d’appliquer totalement les Accords d’Alger.

Les rebelles touareg ne sont pas prêts à faire des concessions à l’armée malienne. A trois jours de la réunion prévue pour le 28 de ce mois à Alger, ces derniers, réunis autour de l’Alliance démocratique du 23-Mai, montent de nouveau au créneau et menacent de reprendre les armes. « Le gouvernement malien n’affiche pas une bonne volonté pour l’application des Accords d’Alger. Nous n’écartons pas l’éventualité de recourir aux armes dans l’avenir », a indiqué Mohamed Aghrib, porte-parole de l’Alliance dans une déclaration à L’Expression.

Contacté par téléphone, ce dernier affirme : « Nous mènerons d’autres attaques si le problème ne trouve pas de solution. » Notre interlocuteur explique que la partie gouvernementale a « tourné le dos » aux Accords d’Alger, déclarant : « Jusqu’à maintenant aucun des prisonniers détenus par l’armée malienne n’a été libéré. Il y a également désaccord sur l’endroit de l’implantation de l’unité mixte, ainsi que l’allégement du contingent de l’armée malienne dans la région de Tin Zaouatine ».

Sur ce dernier point, M.Aghrib souligne que les Accords d’Alger stipulent que l’armée malienne doit réduire ses forces, « chose qui n’a pas été respectée jusque-là ». En réalité, le vrai point de discorde entre les deux parties est lié au choix du site qui abritera l’unité militaire mixte.

Le mouvement de l’Alliance insiste pour que cette unité soit installée dans la région de Tin Zaouatine. « Pour plusieurs raisons, nous insistons pour que cette unité soit implantée à Tin Zaouatine », a déclaré M.Aghrib. A noter que les deux parties ont mis en place une commission de 200 personnes, dont des experts militaires, qui travaille au choix du meilleur site pour l’implantation de l’unité évoquée.

Cette commission va proposer, lors de la prochaine réunion d’Alger, les endroits jugés propices pour son implantation. Il s’agit, selon certaines indications, des régions de Tilizi et Bourassa dans l’extrême nord du Mali. Cela, en plus de la région du Kidal.

Sur ce lieu, le mouvement malien est catégorique : « On ne parle pas de l’installation de l’unité à Kidal. Ça serait difficile pour nous de faire confiance (au gouvernement) et nous installer à Kidal », a-t-il expliqué. Le porte-parole du mouvement indique, par ailleurs, pourquoi les Touareg insistent sur Tin Zaouatine, qui est, rappelle-t-on, le fief des ex-rebelles. « Pour que cette unité soit efficiente, elle doit être installée à Tin Zaouatine, car, cette opération va déboucher sur le réaménagement de cette zone et va faciliter le retour des familles, (réseau des réfugiés) », a souligné M.Aghrib.

Dans ce contexte, le mouvement de l’Alliance lance un appel au gouvernement malien l’incitant à faire preuve de bonne volonté afin d’appliquer totalement les Accords d’Alger. « L’armée malienne doit commencer par réduire son dispositif militaire. Elle doit ensuite libérer tous les prisonniers civils détenus lors les différentes opérations et de faciliter le retour des familles à la zone de Tin Zaouatine ». Grâce à la médiation algérienne, 21 militaires maliens ont été libérés il y a une semaine par le mouvement de l’Alliance.

De son côté, l’ambassadeur d’Algérie à Bamako, Abdelkrim Ghrieb, qui joue le rôle de médiateur, a affirmé à L’Expression, que les points évoqués par le mouvement de l’Alliance, seront abordés le 28 août prochain. « On va faire le point sur les grands axes discutés lors de la réunion d’Alger du 21 juillet. »

A l’occasion de la prochaine rencontre, les deux parties feront le point sur la libération de tous les détenus des deux côtés, sur l’opération de déminage, l’implantation de l’unité mixte et le retour des familles déplacées de Tin Zaouatine.

Tahar FATTANI - L'expression

dimanche 24 août 2008

Néolibéralisme vu du 1/3 monde


Dans les pays traditionnellement riches nous observons chaque jour les méfaits de la politique néolibérale menée depuis plusieurs années par les gouvernements de droite dans la plupart des pays du globe : paupérisation de la société, délocalisations, etc, sont notre quotidien. Mais qu’en est-il de la population des pays vers lesquels nos multinationales délocalisent ? Ndiougou FALL, président du Réseau des Organisations Paysannes et Producteurs d’Afrique de l’Ouest, explique dans Le Monde du jeudi 5 juin 2008 que la crise alimentaire mondiale actuelle est provoquée par les politiques néolibérales imposées par les occidentaux via le Fond Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale et acceptées par les chefs d’états africains. A travers les exemples du Niger, des Philippines et de l’Inde, répartis sur 3 continents distincts, voyons les conséquences de ces politiques néolibérales.

Au Niger, la richesse du sol en uranium attire les entreprises minières étrangères comme Areva dans la région d’Agadez. Au nord du pays 300 000 touaregs ont été expropriés pour l’installation d’une entreprise minière chinoise. La population locale, peu scolarisée donc non formée, ne peut profiter des emplois créés par ces entreprises étrangères. De plus, ces installations menacent les occupations traditionnelles vivrières (élevage transhumant, commerce du sel, agriculture oasienne) laissant sans ressources ces touaregs alors que le pays, bien que 3ième exportateur mondial d’uranium, a un Indice de Développement Humain classé 174ième sur 177 selon l’OMS. En plus de leur supprimer les vivres, ces entreprises profitent de la pauvre législation sociale de ces pays (c’est bien pour ça qu’ils sont venus s’y installer) pour multiplier leur profit en économisant sur les règles sanitaires, mettant ainsi en danger la santé de la population locale : le Comité de Recherche et d’Informations Indépendantes sur la Radioactivité a dénoncé le stockage des déchets radioactifs à l’air libre depuis plusieurs décennies, le taux extrêmement élevé de la radioactivité dans l’eau distribuée à la population et la revente sur les marchés des matériaux radioactifs sortis des usines destinés à la construction d’habitations. En compensation, les touaregs revendiquent le transfert de 50% des recettes des entreprises minières étrangères aux collectivités locales. Face au refus du gouvernement d’aider ces populations mises en danger de mort, ils se sont regroupés au sein du Mouvement des Nigériens pour la Justice avec pour devise « Si la lutte est la seule voix qui puisse être entendue, tel est notre choix ! ». La réponse de l’état est sans appel : 70 exécutions sommaires de civils depuis août 2007 par les forces armées nigériennes, multiples arrestations et détentions arbitraires, tortures, viols, pillages, massacres de troupeaux, déportation et interdiction des journalistes. En mai 2008 un correspondant de Radio France International a été incarcéré.
(Inde, Philippines)

Au nom du profit d’entreprises étrangères les populations locales sont ainsi mises en danger de mort. Mort de faim en supprimant l’agriculture vivrière pour satisfaire le marché international, mort de maladies en passant par dessus des règles environnementales de base, et mort violente en réprimant massivement tout mouvement contestataire. C’est ce que les libéraux appellent la loi de population selon Malthus, du nom d’un pasteur anglais de la fin du XVIIIième siècle. Sa théorie repose sur le fait que la population progresse plus vite que les subsistances ; ainsi, lorsque la population excède les possibilités de la nature, une régulation s’exerce par le biais de famines, de guerres et d’épidémies. « Le peuple doit se considérer lui-même comme la cause principale de ses misères ; aider les pauvres c’est multiplier la pauvreté », expliquant ainsi la nécessité que l’état s’abstienne de toute politique sociale. En somme, ces entreprises, en installant la misère et la famine, ne font que provoquer l’ordre naturel, doctrine de base du libéralisme.

Vendredi 6 juin 2008
par Olivier GUILLARD

Source : blog d'O. Guillard

Cameco fait l'acquisition d'intérêts dans le domaine de l'exploration d'uranium au Niger

Cameco Corporation (TSX:CCO) (NYSE:CCJ) a annoncé aujourd'hui la formation d'une alliance stratégique avec Govi High Power Exploration Inc. (GoviEx) et l'acquisition d'une participation d'environ 11 % dans la Société contre 28 millions $ (US).

GoviEx est une société d'exploration étroitement détenue constituée en 2006, ayant des actifs d'exploration d'uranium au Niger, en Afrique. La Société détient environ 2 300 kilomètres carrés de propriétés d'exploration dans la région entourant Arlit, au Niger, qui ont fait l'objet de travaux d'exploration intensifs depuis les années 1960. Les équipes de terrain de GoviEx procèdent actuellement à l'analyse des données passées et elles ont entrepris un programme de forage dans le but de confirmer et d'étendre les estimations passées des ressources et de fournir des données conformes aux normes canadiennes actuelles. GoviEx détient aussi environ 2 400 kilomètres carrés près d'Agadez, au Niger. Cette région en est aux premiers stades de l'exploration. L'alliance stratégique fournira aussi effectivement à Cameco l'accès à toutes les initiatives de GoviEx dans d'autres pays d'Afrique (...)




Source : en vouature simone

L'Uranium mine les horizons touaregs


Au Sahara central, dans l'Aïr (nord du Niger), les Touaregs s'inquiètent : l'Etat a récemment accordé une centaine de permis aux sociétés minières internationales pour exploiter l'uranium en plein coeur des terres pastorales nomades. Aucune consultation, aucune concertation, aucune garantie sanitaire n'a été proposée aux habitants qui, après l'expérience d'Arlit (ville minière située au nord d'Agadez), savent que la rente minérale, non seulement ne leur a jamais bénéficié, mais a détruit leur environnement, leurs ressources végétales et animales et leur santé, les condamnant à ne plus pouvoir vivre décemment chez eux...

CLAUDOT-HAWAD Hélène

Source : Issalane

samedi 23 août 2008


20 septembre 08, Paris : Soirée spéciale NIGER, avec Almoustapha TAMBO

Dîner Nigérien + thé + photos + fond musique traditionnelle.

Almoustapha TAMBO répondra à toutes vos questions et vous parlera de sa vie, de son combat pour son pays, de ses engagements.

- En savoir plus : sur le site http://www.aventure-exclusive.com

"La stratégie d’Areva dans le monde et particulièrement en Afrique",université citoyenne d’ATTAC


25 août 08, Toulouse : "La stratégie d’Areva dans le monde et particulièrement en Afrique",Université citoyenne d’ATTAC

UNE CONFERENCE-DEBAT

" La stratégie d’Areva dans le monde et particulièrement en Afrique"

Avec STEPHANE LHOMME ET ISSOUF AG MAHA

de 17h à 19h30 le 25 août

Université Toulouse le Mirail

Source : temoust